Articles avec le tag ‘Aimé Césaire’

Mercredi 17 avril 2013, Anniversaire de la mort d’Aimé Césaire

Mercredi 17 avril 2013

 En  ce jour d’anniversaire de la mort d’Aimé Césaire  , des  8h00, une marche solennelle était organisée  par le Parti Progressiste Martiniquais depuis la croisée de la Meynard en direction du cimetière de la Joyau pour rendre à  hommage à son  fondateur, Aimé Césaire. 

Sur place, autour de Didier Laguerre, Secrétaire générale du parti, et de Raymond Saint-Louis Augustin,  maire de la ville capitale, les  militants se sont réunis sur la tombe  pour un dépôt de gerbe et un moment de recueillement.

Après  lectures  du texte Calendrier Lagunaire écrit par Aimé Césaire et  du texte Hommage d’Amadou Lamine Sall à Aimé Césaire, c’est ensemble,  avec beaucoup d’émotion,  que les militants ont repris le morceau « Face à Face » d’Eugène Mona :   « A su ban la vi , a fok alé pli douvan,  tout douvan ni an déyé,   soley toujou lévé… ».

Le soir à  18h3O,  un diner/débat autour du discours d’Aimé Césaire à l’Assemblée Nationale le 25 juillet 1981 dans le cadre de la   décentralisation ( regard croisé avec la décentralisation act III) aura lieu au restaurant la Fontane( route de Balata ) Participation : 30 euros par personne

VIGILANCE et RESPONSABILITE au CONSEIL MUNICIPAL de FORT-DE-FRANCE

Jeudi 5 juillet 2012

Pour ce dernier Conseil avant les vacances, l’originalité était de mise, dès l’ouverture.

  Sous le signe de la beauté, le Maire et son Conseil ont reçu la visite des 3 représentantes de la Beauté Foyalaise, c’est-à-dire la reine et ses 2 dauphines (issues des quartiers de Dillon, Terres Sainville et Ste-Thérèse) ; Avec humour et fierté, le Maire en a fait des ambassadrices pour ce qui suivait : les lauréats de la FÊTE des VOISINS, sur le territoire de la Capitale.

   Cette opération « voisins-voisines » est emblématique de la volonté de la Ville de créer, au sein des quartiers et entre les quartiers, cohésion et savoir-vivre, pour que les habitants soient « bien ensemble » : Faire reculer l’incivilité, refuser la violence, créer des liens d’entraide et de solidarité, aider à embellir le cadre, créer et faire vivre les associations, c’est le but recherché, et le CCAS, sous la houlette dévouée de sa Responsable Annie CHANDEY, a bien mené l’affaire. Des félicitations ont été adressées aux lauréats du concours (Il fallait bien faire un choix, mais on l’a dit et redit, beaucoup de bonnes volontés se font jour partout…) : Les quartiers de Volga, Floréal, Renéville, Didier, Montgérald, Moutte, Canal Alaric, ont été sélectionnés pour le plus grand bonheur des jeunes ainsi primés…

   Auparavant, le Maire et la Conseillère Municipale chargée de la question des Handicapés, Christiane BLACODON, ont beaucoup insisté sur le bien- fondé de la prise en considération des Handicapés dans la vie de la Cité où ils ont leur place légitime, qui doit être reconnue par tous ; des actions précises ont été évoquées, en particulier celles des 23 et 24 juin sur le Malecon, et le travail persistant de l’Institut médico-éducatif des « FOUGERES ».

                      Le CONSEIL MUNICIPAL PROPREMENT DIT

    Comme d’habitude, dans notre journal, seuls quelques points seront mis en exergue…

***L’aménagement portuaire du « quai des AVISOS » : Situé sur la base navale du site militaire du Fort St-Louis, à proximité du Carénage, ce quai, d’une longueur de 55 m, permet l’accostage des frégates de surveillance dans les eaux territoriales ; ces travaux d’aménagement seront faits par le Ministère de la Défense, mais nécessitent, pour la Ville, des études sur la qualité sonore autour du site, sur l’impact sur le milieu pendant les travaux, et sur le mode de gestion des déchets générés par cet équipement.

*** La REVISION  du plan  de PREVENTION des RISQUES NATURELS (modification des enjeux et des règles). Cela suppose :

  • D’effectuer le recensement des bâtiments privés et publics, situés dans cette zone, pour déterminer les mesures d’amélioration de ces biens
  • D’installer, en zone rouge d’inondation, des clapets anti-retour, au niveau des réseaux d’assainissement et d’eaux pluviales
  • De démolir les bâtiments inoccupés, en zone rouge de mouvement de terrain
  • D’éviter les constructions illégales, pour éviter les risques, et aider la construction parasismique, en accord avec le Département, la Région, et l’Etat.

       D’autres mesures extrêmement importantes ont été envisagées, mais d’ores et déjà, des aides publiques, pour la mise en place de ce plan de prévention, doivent être apportées à la Ville, et doivent être aussi prévues pour les familles. Et ce, en intensifiant la campagne de communication et d’information à tout un chacun. (Analyse présentée par Brunette BELFAN)

***L’apport de la Ville à L’INSTITUT Aimé CESAIRE des LETTRES et des ARTS des Amériques Latines

        En vue de la célébration du centième anniversaire de la naissance du grand poète Aimé CESAIRE, la Ville souhaite promouvoir l’œuvre du chantre de la Négritude, à travers une œuvre d’intérêt général à but non lucratif.

Dans cette optique, la Ville a acquis des mains des consorts Césaire, la propriété bâtie, sise 131 route de Redoute, constituant l’habitation de Césaire de son vivant. Il s’agit alors de transférer cette propriété bâtie à  l’INSTITUT Aimé CESAIRE, personne morale de droit privé, par le biais d’un apport pur et simple, en pleine propriété, sans droit de reprise, consenti avec une contrepartie morale AU BENEFICE DE LA VILLE.

    La dite obligation morale, consiste en l’obligation d’affectation expresse et irrévocable de la dite propriété bâtie à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général, et notamment à la dotation d’une FONDATION reconnue d’utilité publique (FRUP) à objet culturel et scientifique. L’INSTITUT Aimé Césaire se transformera en FONDATION, au moment du dépôt des statuts, le tout sous condition suspensive de l’accord du Conseil d’Etat et des ministères concernés….

La Fondation envisagée aura notamment pour objet : de promouvoir l’œuvre universelle d’Aimé CESAIRE, de contribuer au rayonnement de la Martinique à travers la diffusion des écrits du Poète, d’établir une complémentarité de fonctions entre Civilisation et Culture Nègre, de créer et gérer un pôle d’enseignement universitaire sur la civilisation noire… (Question présentée par Elisabeth LANDI)

  • Le financement des projets de la Ville, avec la participation du Conseil Régional, dans le cadre du plan de RELANCE d’urgence.

Ceci, pour relancer la commande publique et la création d’emplois, avec des projets bien maîtrisés, tant sur les plans techniques, fonciers et financiers.

   Quelques opérations, déjà retenues, ou nouvellement programmées :

      Suites du cyclone DEAN, soutènements divers, espace d’activité Port de croisière, Réfection Plateau sportif Val Floréal, Aménagement ludique Canal Alaric, Aménagement des abord de la Fontaine Gueydon, Espace Perrinon réfection du réseau d’eaux pluviales, Parc Aimé Césaire phase 3, création de 2 voies de désenclavement à Trénelle…

   Et aussi, aménagement de la ravine située en  amont du chemin Zicaque à Post Colon, soutènement des berges de la Rivière Monsieur au lotissement Espérance, Eclairage public Dillon phase 3, Confortement de l’école de Trénelle « Aristide Maugée, reconstruction du Pont Agésilas à Pont de Chaînes ETC….

  • Mesures de stationnement gratuit à FF :

Dans le cadre de la politique de redynamisation de la Ville, il est proposé au Conseil Municipal de revoir les périodes de gratuité de stationnement de surface comme suit : * les Mercredis et Vendredis après midi de 14 h à 17 h

                        Le Samedi

                        Et aussi, au mois d’Août.

Ce qu’accepte le Conseil.

                                       *********

                                       (Dossier préparé par J. DARSIERES)

Création de la Fondation « Aimé Césaire »

Mercredi 27 juin 2012

De  l’INSTITUT à la FONDATION Aimé CESAIRE…

«  L’institut Aimé Césaire a été créé en juin 2006, à l’initiative de Camille DARSIERES, et son objectif était de créer une FONDATION Aimé CESAIRE :

  • Pour promouvoir, favoriser la recherche et l’étude des œuvres et de la pensée d’Aimé Césaire,
  • Aider à la collecte, et la diffusion auprès de tous les publics.

Cette tâche est d’une grande importance pour les générations futures en Martinique et dans le Monde et l’action capitale fixée dès le départ est de faire évoluer l’association vers la création d’une véritable FONDATION RUP, selon la loi 87- 517 sur le Mécénat du 23 juillet 1987.

Mission qui revêt une importance majeure pour Nous, Progressistes et humbles Héritiers d’Aimé Césaire.

Depuis le décès d’Aimé Césaire, le 17 avril 2008, le Président de l’INSTITUT Georges DESPORTES et un nouveau Bureau, animé par Elisabeth LANDI, se sont attelés à ce Chantier.

Modestement, nous avons eu comme boussole de rappeler aux anciennes générations, celles de l’ère coloniale, d’enseigner aux générations nouvelles, celles en quête d’émancipation, d’identité et de liberté, la place déterminante tenue par Aimé CESAIRE dans la prise de conscience du Noir, de son appartenance au Monde ; et de l’existence d’un PEUPLE MARTINIQUAIS. C’est ce qu’avait voulu profondément Camille DARSIERES.

Dès 2006, des statuts et règlement intérieur, précis, ont été adoptés.

Le 2 juin 2012, l’association « INSTITUT Aimé CESAIRE » s’est réunie, en assemblée générale, a pris d’importantes décisions :

  • D’abord, le siège social de l’Institut est désormais situé à l’Espace Aimé Césaire, ex Hôtel de Ville, rue Victor Sévère.
  • Le projet de la création de la Fondation reconnue d’utilité publique Aimé CESAIRE est présenté, ses statuts et son budget prévisionnel accepté par l’Assemblée.
  • La décision est prise de procéder à la dissolution de l’association « Institut Aimé Césaire », et de transférer son PATRIMOINE (en particulier la Maison de Césaire à Redoute…), à la Fondation, en cours de constitution.
  • La nomination de 3 représentants pour le collège des « membres fondateurs » de cette Fondation : Pierre Aliker, Jacques Césaire, Jeannie Darsières, a été actée.
  • La nomination des membres du Collège « membre amis » est proposée : Alex Cypria, Philippe Eadie, Georges Shin-Oua-Siron.
  • Ainsi que les membres du collège « Personnes qualifiées » : Georges Desportes, Edouard Delépine, Elisabeth Landi.

Inutile de préciser l’importance de l’enjeu : la création de la Fondation Aimé CESAIRE, qui sera l’instrument essentiel pour faire connaître, vivre et diffuser la Pensée du Grand Homme, ici à la Martinique, et partout dans le Monde.

Nous vous informerons avec précision du suivi du dossier, car chaque Martiniquais, nous en sommes sûrs, prendra sa part de la prise en compte de cet HERITAGE CULTUREL, INTELLECTUEL, SOCAL ET POLITIQUE, au sens large du terme, légué par notre Leader Fondamental.

                                                   

 Jennie DARSIERES

Les élus et militants PPM se rassemblent pour l’anniversaire posthume de Aimé CESAIRE

Mardi 26 juin 2012

Quatre ans déjà…Aujourd’hui, mardi 26 juin 2012, jour anniversaire de la mort d’Aimé CESAIRE, les membres du parti qu’il a fondé lui rende hommage.

A l’occasion du 99ème anniversaire posthume de l’homme de lettre, fondateur du Parti Progressiste Martiniquais. Une délégation d’élus s’est rendue ce matin, au cimetière de la Joyau à Fort-de-France, pour se recueillir et déposer une gerbe sur la tombe d’Aimé CESAIRE.

Comme chaque année, tout au long de la journée des personnes anonymes, des personnalités et des politiques devraient elles aussi se rendre au cimetière en signe de fidélité, d’hommage et de recueillement.

Aimé Césaire: L’Egalité est ou n’est pas!

Mercredi 4 novembre 2009

Tu l’as bien mérité, Aimé Césaire !

Jeudi 30 novembre 2006

PPM--Parti-Profressiste-Martiniquais--Jeannie-DarsieresTa modestie naturelle, ton humilité qui t’a toujours conduit à travailler, à penser, à construire pour les AUTRES, dans le plus total désintéressement, t’a amené, en apprenant la nouvelle de la prochaine dénomination « AEROPORT MARTINIQUE AIME CESAIRE », à t’écrier spontanément : « je suis sidéré qu’on ait pensé à moi pour cette action » !

Incroyable Aimé CESAIRE , et pourtant si vrai, si émouvant, si sincère dans cette exclamation, lui qui n’as jamais rien demandé à personne !!

Tu es sidéré, astre de notre pays, et nous , nous sommes fiers et reconnaissants envers toi, toi qui as tant donné à nous, à notre Peuple, à l’Humanisme, à la PENSEE UNIVERSELLE.
Toi qui es UNE CONSCIENCE, une lumière qui nous guide, toi le GÉANT AUX PIEDS D’AIRAIN, même si quelques nains aux pieds d’argile, ont cru bon te contester cet honneur que l’on te doit, nous, comme eux d’ailleurs…Tu l’as bien mérité !

Peut-être que le président de la République,le ministre de l’intérieur, des transports, de la culture , toutes les AUTORITES POSSIBLES ET IMAGINABLES, ont enfin compris, avec la volonté de toutes les composantes du Peuple martiniquais, et ont voulu témoigner, par cette décision, la Reconnaissance du Poète contemporain immense que tu es, la Reconnaissance du Penseur contemporain qui a flagellé avec des mots d’acier, l’exploitation et le Colonialisme, la Reconnaissance de ton action durable, et plébiscitée à travers les ans, pour ton pays et tous les colonisés, généralement quelconques…peut-être…peut-êre…

Mais, nous, nous savons ce que tu t’es acharné à créer pour ce Peuple, « ce pays dont le limon entre dans la composition de(ta)chair… Nous savons que tu avais promis : « je viendrais dans ce pays mien et je lui dirais : Embrassez moi sans crainte… et si je ne sais que parler, c’est pour vous que je parlerai », et je lui dirais encore : « ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir » et aussi, « Faîtes de ma tête une tête de proue, et de moi-même, mon coeur,ne faîtes ni un père, ni un frère, ni un fils, Mais le père, mais le frère, mais le fils, Ni un mari, mais l’amant de cet unique Peuple »

Oui, Aimé CESAIRE, tu l’as bien mérité, pour LA VILLE, pour le Morne, pour la route, pour la crèche, pour l’enfant qui avait soif d’eau propre, de santé, de savoir, pour la Femme qui voulait se nourrir et se loger décemment, pour l’ouvrier qui souffrait et cherchait un travail, pour toutes ces PETITES GENS de la MARTINIQUE que tu as si passionnément aimées et servies, de la façon la plus têtue et la plus efficace.

OUI, Aimé CESAIRE, tu as bien mérité que cette Terre, cette « île non clôture, cette me , gros chien qui lèche et mord la plage aux jarrets… », accueille le visiteur, dès son arrivée, d’un « AEROPORT MARTINIQUE AIME CESAIRE»

Jeannie DARSIERES

Jeudi 30 Novembre 2006

Aeroport Aimé Césaire

Mercredi 29 novembre 2006

Le Parti Progressiste Martiniquais enregistre avec satisfaction la prise en compte par les autorités de l’État de la volonté très clairement exprimée par une large majorité du peuple Martiniquais de voir l’aéroport du LAMENTIN porter le nom d’Aimé CÉSAIRE.

L’aboutissement de cette volonté est d’autant plus précieux qu’il intervient du vivant du chantre de la Négritude et en dépit des manœuvres de dernières minutes de quelques notables adeptes systématiques de la division.

Les Martiniquais, par ce choix, ont fait un acte de reconnaissance de leur identité au travers de l’œuvre de l’écrivain, de l’humaniste et du politique.

Les Martiniquais démontrent ainsi leur capacité à faire peuple.

Pour le Bureau Politique :
Le secrétaire général adjoint
Alain ALFRED

Mercredi 29 Novembre 2006

Aéroport « Martinique Aimé Césaire »

Lundi 27 novembre 2006

La nouvelle est tombée la semaine dernière. Claire. Digne. Ce n’était que le juste résultat d’un consensus très large (à un epsilon près « régional » disons…), traduisant l’universalité de la personnalité et de l’œuvre d’Aimé Césaire.

Le ministre de l’Intérieur, Nicolas SARKOZY a annoncé aux maires de l’Outre-mer son accord pour que l’aéroport de la Martinique porte désormais le nom « Aimé Césaire ».

Une cérémonie officielle devrait avoir lieu le 16 janvier 2007.

PPM--Parti-Progressiste-Martiniquais--Aeroport-Aimee-CesaireCi-joint, le communiqué de presse du Parti Progressiste Martiniquais.

Un article publié par Camille Darsières au mois d’octobre nous permet de nous replonger dans le contexte : Marie-Jeanne, zinzoleur honteux.

Lundi 27 Novembre 2006

Lycée Schoelcher

Vendredi 13 octobre 2006

Aimé CESAIRE
à
Monsieur Georges PINTO
Proviseur du Lycée SCHOELCHER
Président du Conseil d’Administration Lycée SCHOELCHER
97200 FORT DE FRANCE

469686-575593Monsieur le Proviseur, Président du Conseil d’administration, Je respecte les décisions prises par le Conseil Régional, collectivité démocratiquement élue.

Je n’accepte cependant pas la délibération par laquelle elle voudrait supprimer le nom de Victor SCHOELCHER au Lycée de Fort-de-France pour, lui substituer celui d’Aimé CESAIRE.

Je vénère le nom de Victor SCHOELCHER, qu’à juste titre d’ailleurs, vénère le peuple Martiniquais. C’est que nous n’entendons pas oublier que dans la lutte pour notre libération physique, ce Grand Démocrate, ce Grand Républicain, cet Humaniste, a, avec courage et détermination, défendu jusqu’au bout la cause anti-esclavagiste.

Par un courrier au Président du Conseil Régional Alfred MARIE JEANNE, j’ai demandé de prendre acte de mon refus.

Je vous prie de croire, Monsieur le Proviseur, Président du Conseil d’Administration, à ma haute considération.

Aimé CESAIRE

Fort-de-France, le 4 Octobre 2006

Vendredi 13 Octobre 2006

Manigance et coup bas du MIM-CNCP

Vendredi 6 octobre 2006

Communiqué du Parti Progressiste Martiniquais.

ppmLe Parti Progressiste Martiniquais dénonce la manoeuvre ayant conduit au vote de l’assemblée régionale visant à nommer l’aéroport : « Aéroport Frantz FANON » et de substituer au nom de l’actuel lycée Schoelcher le nom de lycée Aimé Césaire.

Le PPM salue le refus courtois, digne et ferme de Césaire qui refuse d’être comparse d’une telle manigance.

La majorité MIM-CNCP semble ne pas tenir compte du large consensus obtenu chez les Martiniquais sur la dénomination « Aéroport Aimé Césaire ».

Ce souhait a notamment été confirmé par les élus du Conseil Général, les élus du Conseil Municipal du Lamentin, les élus du Conseil Municipal de Fort-de-France, et ceux de la Chambre de commerce et d’industrie de la Martinique…

Le PPM reste soucieux du respect de la volonté populaire, des symboles qui fondent notre histoire et réuni notre peuple dans une communauté de destin.

Le PPM met en garde et dénonce les manœuvres politiciennes qui tentent d’opposer et diviser, Aimé Césaire, Frantz Fanon, Victor Schoelcher, dont la pensée fonde les consciences éprises de progrès,d’humanisme et d’ambitions pour la Martinique.

L’immensité et la générosité de leurs œuvres nous invitent constamment à la tolérance mais aussi à la vigilance.

C’est pourquoi nous rejetons l’idée même de la substitution du nom du lycée Schoelcher au profit de tout autre.

Le PPM continue de revendiquer que l’aéroport de la Martinique porte le nom d’Aimé Césaire, conscient que cette modeste reconnaissance participera au rayonnement universel de la Martinique.

Trénelle le 5 octobre 2006